AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
can't deny my love. (mickey)



 

Partagez | 
 

 can't deny my love. (mickey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: can't deny my love. (mickey)   Dim 31 Mai - 15:44


michael richard rushworth
"can't deny my love"
ft. Matthew McConaughey ★ hbotrued@tumblr.

nom: Rushworth, il m'arrive parfois de l'oublier. Le nom ne fait pas sensation, on s'en souvient rarement. Encore un bourgeois qu'ils disaient à l'école. prénom: Michael est rapidement devenu Mickey, j'voulais casser mon image je suppose, jouer les crétins. Richard c'est pour le grand-père tombé au Viêt Nam. Un piètre tireur selon mon père. âge et date de naissance: Quarante-cinq ans, j'ai toujours du mal à m'y faire, 16 novembre 1969. lieu de naissance: Houston, TX. statut: Dans les faits je suis marié, sur le territoire américain du moins, dans la ville de Las Vegas surtout. Oui, je suis un cliché ambulant. J'ai aussi deux gamins à mon actif, un sale gosse de vingt ans et une princesse de cinq. J'essaie de les oublier, de les sortir de ma tête. Aujourd'hui je fais avec, avec ce virage pris à 200km/h. Je vis avec mon ancien patron et un bébé volé. job/études: J'ai entamé des études de droit, j'étais mauvais. J'ai postulé chez les flics, j'étais mauvais, limite. C'était plus simple de mettre ma vie entre parenthèses, d'enfiler une couverture plus attrayante. orientation sexuelle: Je me suis consacrée à la gente féminine pendant longtemps. J'ai toujours aimé les femmes, je les aime encore aujourd'hui. Avant de jouer les chauffeurs-faucheurs, j'étais de ces texans conservateurs et pédants, intolérants. Je crachais sur les homosexuels, je ne comprenais pas. C'était avant de jouer la comédie, de tomber en amour pour mon patron, de risquer bêtement ma vie pour lui. groupes: In. avatar: Matthew McConaughey.

01, Je suis né à Houston, dans l’État du Texas. Mes parents y vivent encore. Ils tenaient une galerie d’art, ils exposaient beaucoup. Aujourd’hui, ma mère est atteinte d’Alzheimer, mon père ne vit plus qu’à son chevet. Moi ? Je suis bloqué à des milliers de kilomètres de là, en Europe. 02, J’ai le mal du pays, je pense même être malheureux ici, à Brighton. Cette comédie n’est plus à mon goût, je suis las de cette cavale, fatigué de sourire à cet ange tombé du ciel. Je ne supporte plus l’idée d’avoir volé ce bébé à la maternité, de vivre avec un homme, d’être pédé. 03, Je ne connais pas mes enfants, je ne connais  pas le prénom de mon fils, à peine l’âge de ma fille, leurs visages. Je me demande quotidiennement si ils me ressemblent, si ils vivent convenablement, si ils pensent à moi, si ils me détestent. L’immaturité à ses maux, mon ancien job ses inconvenants. 04, Je ne suis pas diplomate et j'use abusivement de l'expression Fils de pute quand je me sens acculé ou en colère. Autrement dit, les insultes pleuvent, ma bonne éducation s'envole. 05, Le gros texan que je suis devrait écouter du Bruce Springsteen et du Eric Clapton mais non, ma bibliothèque ne fait que dans le jazz et le gospel. 06, Je ne supporte pas les églises et les revendications religieuses. Je ne suis pas un non-initié, je suis un non-croyant. J'aime ma vie comme elle est. Je n'ai nul besoin de Dieu pour m'accabler, je peux aisément le faire moi-même. 07, J'étais pas super populaire à l'école. Je ne rasais pas les murs mais j'étais transparent pour la plupart de mes camarades. Mes résultats étaient moyens, mes blagues de mauvais goût. 08, Je suis un solitaire. J'aime pouvoir me retrouver, seul. Je ne la supporte pas la jalousie, j'aime pouvoir cultiver mon jardin secret sans redouter de voir mon portable épinglé, mon historique internet décortiqué. Égoïste sur les bords, il m'arrive aussi de jouer les profiteurs. 09, On me croit à tort méticuleux et organisé mais à la vérité, je vis dans un bordel monstre. Le ménage et moi, nous ne sommes pas de bons amis. Je fuis l'aspirateur comme la peste, comme un chat. J'ai toujours trouvé ça trop bruyant. 10, Je garde précieusement dans le deuxième tiroir de ma commode: un flingue et de l'argent en quantité. Je ne parviens pas à dormir sans ça, sans assurer mes arrières. Ma confiance, je ne l'accorde pas; il faut toujours pouvoir compter sur soi-même. L'amour, c'est aussi une faiblesse.

welcome to the jungle